10 Révolutions

LES PRODUITS LAITIERS

Hop, hop, hop, on se sort de la tête que le lait de vache est la seule source de calcium! La preuve que non? Les Chinois, qui n’en boivent jamais, ne sont pourtant pas carencés.  Tofu, légumes verts,  sésame, algues, sardines,… suffisent à apporter le calcium nécessaire aux adultes. Ils contiennent certes moins de calcium, mais celui-ci est davantage assimilable par l’organisme.

Par ailleurs, le lait de vache peut provoquer des intolérances. Cela dépend des individus, de leur terrain, de leur patrimoine génétique. Mais quel que soit votre terrain, vous êtes un mammifère (si si!) et comme tous les mammifères, vous n’êtes pas naturellement constitué pour en boire passée la prime enfance. Le lactase, l’enzyme qui permet de digérer le lactose, le sucre du lait, disparaît d’ailleurs chez de nombreux adultes, d’où des difficultés de digestion, des ballonnements, des douleurs abdominales… Si vous aimez boire du lait, vous pouvez le remplacer par les laits végétaux : lait d’amande, de noisette, de riz… Et si vous ne voulez pas remplacer, consommez en raisonnablement. Les produits laitiers ne doivent pas représenter plus de 10% de vos apports quotidiens

Je veux des détails!

Qu’est ce que l’intolérance au lactose?

Le lactose est un glucide se trouvant quasi exclusivement dans le lait des mammifères. Il est dégradé dans le tube digestif par une enzyme appelée lactase qui le dissocie en galactose et en glucose. Elle est présente chez tout le monde durant l’enfance, mais chez certaines personnes la production se tarit à l’âge adulte, ne permettant plus l’assimilation du lait. Le lactose reste ainsi dans le tube digestif et est métabolisé par certains germes avec production de gaz et de certains composants expliquant des symptômes de ballonnements, diarrhées, douleurs ou crampes abdominales. Le déficit n’est cependant jamais absolu, permettant l’absorption d’une quantité limitée de lait sans que le sujet se plaigne de symptômes.

Rarement, le déficit en lactase est congénital (de naissance) entraînant une intolérance au lait dès le plus jeune âge. On doit distinguer cette forme peu fréquente de celle de certains grands prématurés, secondaire à l’immaturité du tube digestif et dont l’évolution est favorable assez rapidement avec le temps.

 

L’intolérance au lactose, ça concerne beaucoup de monde ?

On estime que dans le monde 75 % des adultes présentent une baisse de l'activité lactasique.

L'intolérance au lactose après le sevrage est le fonctionnement originel de l'organisme humain, c'est un caractère ancestral. Elle concerne la majorité de la population humaine et s’acquiert très tôt dans l’enfance. Cependant des mutations génétiques ont eu lieu il y a à peu près 10 000 ans et se sont propagées favorablement dans certaines régions où la consommation de lait s'est répandue (le Caucase et une région d'Afrique). À titre d'illustration, 90 % des Européens du nord possèdent aujourd'hui la mutation génétique qui les rend tolérants au lactose. L'étude de squelettes nord-européens vieux de près de 6 000 ans a montré que cette mutation était absente.

L'Europe est le principal foyer de population adulte digérant le lactose. Ainsi, en Europe, l'intolérance concernerait un cinquième ou un quart de la population européenne tandis que la presque totalité de la population asiatique adulte est concernée.

Carte mondiale des fréquences d’intolérance au lactose.

 Laktoseintoleranz-1.svg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelle est l’origine de la capacité à digérer le lactose à l’âge adulte ?

Le LCT est le gène qui code la production de lactase. La mutation qui affecte le LCT n'est en fait pas localisée dans le gène lui-même, mais dans un gène voisin appelé MCM6. La tolérance au lactose est obtenue en empêchant les cellules intestinales de lire le gène LCT correctement, et donc d'arrêter la production de lactase à l'issue du sevrage.

10 révolutions

Share Share